Tout savoir sur les stéroïdes anabolisants, des produits pour prendre du muscle

LA RAGE DES STÉROÏDES

Oui ca existe et quiconque est expérimenté avec les stéroïdes anabolisants vous en parlera s’il n’est pas mal informé. Mais il faut rester mesuré, la rage des stéroïdes existe mais ce n’est pas quelque chose que l’on voit sur la majorité des utilisateurs de stéroïdes anabolisants. Le terme est souvent utilisé de manière inappropriée. La plupart des utilisateurs de stéroïdes anabolisants ne connaîtront jamais de rage ou quoi que ce soit qui y ressemble. C’est même amusant de voir à quel point la propagande diffuse souvent le contraire de la réalité. Si vous prenez des faits isolés comme des réalités pour le plus grand nombre, vous n’êtes probablement pas très intelligent pour commencer. N’oubliez pas et c’est très important, la rage et l’augmentation de l’agressivité sont deux choses très différentes. Nous approfondirons cela au fur et à mesure.

LA RAGE DES STÉROÏDES C’EST QUOI?

La rage des stéroïdes est un terme associé à l’utilisation de stéroïdes anabolisants pour qualifier un comportement agressif et violent associé aux médicaments. Généralement, cela se traduit par une explosion de colère aléatoire bien au-delà de ce qui est jugé approprié pour une situation donnée. Des situations énervantes pour une personne normale, feront sortir de ces limites un utilisateur de stéroïdes anabolisants. Cela provoque des accès brusques d’hostilité ou de violences. Dans la plupart des cas de rage furieuse, après l’explosion de violence, l’individu subit ce que l’on pourrait appeler un «crash» avec un retour rapide au comportement d’une personne plus modérée.

Personne ne peut le nier. Être entouré d’une personne souffrant de rage n’est pas très amusant. Personne n’aime les imbéciles et c’est généralement le meilleur moyen d’étiqueter ces personnes. Il ne faut pas non plus mettre trop rapidement tous les utilisateurs de stéroïdes anabolisants dans le même sac. La vérité est qu’il s’agit de cas isolés. En fait, nous pouvons affirmer avec certitude que la plupart des utilisateurs de stéroïdes anabolisants n’ont pas et ne connaîtront jamais ce qui ressemble de loin à de la rage.

PUBLICATION SCIENTIFIQUE

Pendant des décennies, des arguments entourant la rage des stéroïdes ont existé. Pendant un certain temps, beaucoup se sont mis d’accord sur le principe suivant : plus les doses sont élevées, plus le risque de rage incontrôlable est élevé. Cependant, avec leur étude, le New England Journal of Medicine (NEJM), l’une des revues médicales les plus prestigieuses disponibles, a conclu que les experts ont tort. Dans l’étude du NEJM, les résultats ont été concluants, confirmant le fait que l’agression mentale due à l’utilisation de stéroïdes anabolisants était inexistante ou si faible qu’elle était incommensurable. Bien sûr, la question suivante est évidente : si le vieil argument concerne le dosage, c’est-à-dire que plus vous prenez, plus le risque de colère est grand, comment le test du NEJM a-t-il été appliqué pour arriver à cette conclusion? Lorsque nous parlons de stéroïdes anabolisants et de traitement hormonal substitutif (THS), une dose maximale de 200 mg de testostérone est rarement dépassée. C’est lorsque nous atteignons les dosages supérieures que nous entrons dans le monde des performances améliorées ou ce que l’on appelle communément les doses supraphysiologiques. Dans leur étude, le NEJM n’a pas donné à ses sujets ce qui serait considéré comme une dose de THS, bien au contraire. Cette étude NEJM a été réalisée sur des hommes adultes en bonne santé. Celle ci ne présentant pas de déficience mentale ni de prédisposition au comportement violent. Ils étaient normaux et sains d’esprit, comme vous. Ces hommes ont reçu 600 mg de testostérone par semaine pendant les dix semaines de test.

Pour évaluer le comportement mental de chaque homme, une série de questions test ont été posées au sujet ainsi qu’à une personne vivant avec lui, comme son conjoint ou son parent. Il est important de noter que, dans le cadre de ce test dans son ensemble, il y avait quatre groupes d’hommes, ceux qui recevaient de la testostérone avec un programme d’exercice, ceux qui recevaient de la testostérone sans programme d’exercice, ceux recevant du placebo sans programme d’exercice et un placebo plus exercice. En tout, il y avait 40 hommes âgés de 19 à 40 ans. Au début de l’étude, chaque homme devait s’abstenir de tout exercice suivi du test administré. À la fin du test, les conclusions du NEJM étaient les suivantes:

«Aucune différence n’a été constatée entre les groupes d’exercices et les groupes sans exercice, ni entre les groupes placebo et les groupes recevant de la testostérone, dans aucune des cinq sous-catégories de colère évaluées par le test. Aucun changement significatif d’humeur ou de comportement n’a été signalé par les personnes encadrant le test, ni par leurs partenaires, leurs conjoints ou leurs parents résidents ensemble pour le besoin du test. ”

À première vue, cela ne peut mener qu’à une conclusion. La rage des stéroïdes ou même l’idée que les gens s’en font à été grossièrement et démesurément amplifiée. Oui, on vous a menti, au moins dans une certaine mesure.

LA RAGE DES STÉROÏDES EXISTE ELLE ?

D’après l’étude réalisée par le NEJM, la réponse évidente serait non, il n’y a pas de rage dû aux stéroïdes. La réalité de la vie opposée à une étude contrôlée peut par contre parfois donner des résultats contradictoires. La rage des stéroïdes existe-t-elle dans la mesure où elle est souvent supposée? Pas du tout, mais tout utilisateur de stéroïde anabolisant vous dira qu’une agressivité légère, voir plus, une agressivité réelle est un fait bien réel. Nous devons maintenant absolument prendre en compte le fait que les stéroïdes anabolisants n’apporterons pas de modification de l’humeur chez une personne lambda. Mais la plupart des utilisateurs expérimentés en matière de stéroïdes anabolisants en ressentent généralement les effets.

Si vous vous rappelez au début de notre article, il a été mentionné que la rage et l’agressivité accrue sont deux choses distinctes. Si l’agressivité est augmentée, la façon dont la personne l’utilise relève de sa seule responsabilité. En gros donnez à un «crétin» un peu plus d’agressivité, et tout ce que vous obtiendrez est d’augmenter l’imbécillité de l’individu à un niveau qui le fera probablement atterrir enfermé derrière des barreaux ou dans un fossé… Bien sûr, la rage des stéroïdes existe mais seulement chez les individus déjà enclins à la violence et avec des désordres mentaux, dans la mesure où elle ne fait qu’augmenter leur agressivité naturelle.

LA RAGE DES STÉROÏDES CHEZ UN ADULTE SAIN

Comme à chaque fois qu’il est question de stéroïdes anabolisants, la phrase clé est l’utilisation responsable, pas les abus. Pour les personnes qui sont saines d’esprit, qui ont un comportement normal, il n’y a aucune étude disponible ni aucun élément de preuve dans aucune publication scientifique qui ne permette de déduire sans l’ombre d’un doute que la rage des stéroïdes est un symptôme qui ne sera jamais rencontrer en utilisant des stéroïdes anabolisants. Vous pouvez effectuer des recherches autant que vous le voulez, vous ne trouverez pas d’étude crédible sur le comportement modifié chez les personnes mentalement stables qui utilisent des stéroïdes anabolisants. Attention, si vous lisez un article rédigé quand bien même par un médecin qui dit que la rage aux stéroïdes peut survenir chez tous ceux qui utilisent des stéroïdes anabolisants… Cela sort de nulle part, prenez-le avec un grain de sel… Si cet individu ne peut pas étayer ses affirmations avec des preuves réelles, à quoi bon? Et si jamais vous trouvez une étude qui confirme l’existence d’une rage aux stéroïdes, il y en a deux dire l’inverse et plus par le NEJM.

LA RAGE DES STÉROÏDES SUR LES MÉDIAS

Les médias aiment diffuser des infos sur la rage des stéroïdes dans l’actualité. Souvent lorsqu’on y parle des stéroïdes anabolisants, la «rage des stéroïdes» fait les gros titres. Athlètes et célébrités, chaque fois que l’on prend des stéroïdes anabolisants, c’est le sujet numéro un. Prenez par exemple la mort horrible de la superstar de la WWE, Chris Benoit. Benoit a assassiné sa famille et s’est suicidé. Bien entendu, «la rage des stéroïdes» a été blâmé. Benoit était-il un individu mentalement stable? On peut en douter, mais il y a d’autres aspects qui sont en grande partie ignorés et qui relèvent de l’irresponsabilité. Benoît, qui avait des stéroïdes anabolisants dans son organisme au moment de son décès, avait également d’autres médicaments dans son organisme, mais les médias désignent forcément les stéroïdes et la rage comme l’unique coupable… Ce journalisme est-il juste et fiable? Des médicaments tels que Xanax et Hydrocodone ont également été trouvés dans le corps de Benoit, mais cela est rarement mentionné. Même les médecins qui ont examiné le corps de Benoit ont déterminé que les quantités de stéroïdes anabolisants dans son corps n’étaient pas supérieures à ce qui serait considéré comme un usage thérapeutique… Néanmoins, lorsqu’on évoque Benoit dans une discussion, la rage des stéroïdes est toujours responsable de ces actes. Pareil pour le Oscar Pistorius, les médias accusent les stéroïdes. Cela a-t-il un sens?

CONCLUSION

Personne ne peut le nier, une augmentation des niveaux de testostérone augmente l’agressivité. C’est la réalité, c’est la nature même de la testostérone. C’est la raison pour laquelle les hommes sont généralement plus agressifs que les femmes. Aussi, personne ne peut nier que certains types de stéroïdes anabolisants peuvent accroître l’agressivité plus que d’autres. Mais l’essentiel est ici : Une agressivité accrue n’est pas un désordre mental, et ne provoque pas la folie soudaine. Augmenter l’agressivité ce n’est pas une rage incontrôlable. Ce que vous décidez de faire dépends de vous. D’accord les individus mentalement instables à qui on donne des substances qui augmentent l’agressivité va poser problème. Mais pour les individus sains d’esprit qui ne sont ni hostiles ni violents, une agressivité augmentée apportera simplement un entraînement plus intensif et de meilleures performances et c’est la conclusion finale.

la rage des stéroïdes anabolisants à l'entrainement